ça va au théâtre du Tilleul

La jauge était complète pour voir et entendre le texte de Grumberg. Une petite scène en hauteur avec un cadre et un rideau de scène qui tient à peine mais tout cela est chargé de poésie désuète et incite à jouer comme au l'on imagine que les comédiens le faisaient dans l'entre deux guerres. Je crois que nous avons un peu histrionné ce soir, aussi bien l'un que l'autre. Mais, oh impudique révélation, qu'est-ce que c'est agréable. Faudra juste qu'on respecte le rythme de l'ensemble à venir, ou bien on va vraiment devenir des comiques troupiers.